IG Mag Archives #7 : Critique de Theatrhythm Final Fantasy (3DS)

LOGO

Un jeu musical fêtant les 25 ans de Final Fantasy, mais quelle idée ! Alors que sur le papier, un tel concept pouvait effrayer, Square Enix et le studio Indies Zero créés finalement la surprise en délivrant un titre d’une richesse inattendue. Difficile en effet de ne pas tomber sous le charme devant tant une telle avalanche de thèmes cultes signés principalement par Nobuo Uematsu (sans oublier Masashi Hamauzu, Junya Nakano ou Hitoshi Sakimoto pour les derniers épisodes).

Dès le lancement de Theatrhythm Final Fantasy, le fan de la franchise se retrouve bichonné par une ambiance qui ne manquera pas de lui tirer une larme imprégnée de nostalgie. Sans surprise, tout se joue au stylet et il faut simplement interagir avec des pastilles de couleurs lorsque ces dernières passent dans une cible. Ainsi, les pastilles rouges doivent être simplement validées, les jaunes vous demandent de tracer une direction et les vertes vous obligent a maintenir le stylet sur l’écran et de le retirer au bon moment. 

Art1

Le jeu propose trois types d’épreuves : le Field Music Stage (FMS), le Battle Music Stage (BMS) et l’Event Music Stage (EMS), qui s’appuient respectivement sur une mélodie de carte du monde, un thème de combat et une musique de cinématique. En FMS, le joueur doit suivre un tracer de droite à gauche, en BMS il plonge dans un combat reprenant la vue des FF 8 et 16 bits (tout en validant les pastilles lorsqu’elles arrivent à droite de l’écran) et, enfin, l’EMS lui fait revivre des cinématiques et demandent des combinaisons précises.

Avec trois épreuves pour chacun des treize épisodes canoniques, il y a déjà de quoi faire, surtout avec les modes de difficulté élevé (démoniaques). Mais Theatrhythm Final Fantasy propose aussi beaucoup de bonus et de modes à débloquer. Il demande également de composer une équipe parmi des héros légendaires, d’accumuler des points de rythme et d’expérience, sans oublier la gestion d’équipements et d’objets. C’est bien simple : impossible de ne pas devenir accro lorsqu’on aime Final Fantasy et ce, quelque soit sa période favorite de la saga. Avec un gameplay futé, un contenu bien garni (sans parler des musiques à télécharger) et un habillage graphique attachant et truffés de clins d’oeil, on se retrouve devant du fan service mitonné avec amour et qui respecte les oeuvres originales. Un petit bijoux.

1

Le Field Music Stage est l’occasion de battre la campagne en compagnie des plus beaux thèmes de carte de la série.

 

2

Grâce au Battle Music Stage, on retrouve l’ambiance des vieux FF mais avec les personnages et monstres de toutes les époques.

 

3

En affichant des montages efficaces de cinématiques, le Event Music Stage délivre bien souvent de gros spoilers. Vous voila prévenus !

 

4

Visuellement, le travail accompli est très soigné et le 3D plutôt bien gérée.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s